Vanyar

Barde elfe aquatique

Description:

Tout comme la plupart des membres de son espèce, Vanyar est grand et élancé. Ses cheveux sont mi-longs et bruns et la couleur de ses yeux est similaire celle de sa peau bleutée. Il possède des branchies au niveau de la clavicule et ses mains sont palmées. Son attitude enjôleuse et son air souriant font de lui un barde attrayant et qui n’ignore pas ses propres charmes.

Bio:

Vanyar perdit ses parents très jeune, ceux-ci ayant été accidentellement harponnés par des pêcheurs. Il garda très peu de souvenirs d’eux et de cet événement regrettable. Il fut élevé pendant toute son enfance par sa grand-mère maternelle. C’est elle qui lui apprit à aimer la musique et à jouer de son instrument, son luth, qui lui fut légué par cette parente à sa mort. C’est après la perte de son aïeule que Vanyar s’en alla parcourir le monde pour perfectionner son art et divertir les foules.

Ayant pour habitude de s’arrêter aux tavernes des villes et villages afin de s’y représenter, et de boire, il fit de nombreuses rencontres au court de sa vie. Libertin et épicurien, sa liste de conquêtes au court de ses deux cent ans d’existence s’étend sur de nombreuses lignes. Vanyar agit bien souvent selon son bon plaisir mais il apporte tout de même une grande importance aux lois et à la justice. Il est bon et compatissant envers les autres individus et il sera donc toujours disposé à venir en aide aux malheureux, même s’il n’en retire pas un sou.

Ainsi, au cours de sa longue vie il en vint à plusieurs reprises à rendre service ou à sauver d’autres personnes. L’une des aventures les plus marquantes qu’il vécu fut la fois où il eut à se confronter à une sorcière qui persécutait un village de paysans. Alors qu’il ne devait être que de passage pour une nuit dans cette petite bourgade, l’aubergiste lui fit part du mal qui sévissait dans leur village. Des enfants disparaissaient la nuit sans laisser de traces et les villageois affirmaient avoir aperçu à plusieurs reprise une silhouette de femme encapuchonnée dans les bois. Vanyar ne put se résoudre à partir sans agir et en laissant ces pauvres paysans dans leur malheur. Il décida d’enquêter dans le village pour en savoir plus sur ces mystérieuses disparitions. Il apprit que ce n’était pas le seul maléfice que subissaient ces pauvres gens. Leurs récoltes ne poussaient plus, du sang sortait du pis de leurs vaches et de leurs chèvres et les autres animaux se comportaient bizarrement. Le plus étrange était l’apparition inexplicable de lapins dans les maisons et fermes des habitants alors qu’aucun d’eux n’en possédait et qu’ils n’en voyaient habituellement que dans la forêt. Vanyar resta quelques jours parmi eux afin d’être lui-même témoin de ces événements pour en attester la véracité. Ce qui lui arriva un soir acheva de lui enlever tout soupçon. Il avait prit l’habitude de voir des lapins surgir de nul part à peu près partout où il allait, ce qui lui procurait un certain sentiment de malaise surtout lorsqu’il croisait le regard perçant et sombre de ces animaux. Mais c’est lorsqu’une de ces créatures le réveilla en pleine nuit en le menaçant d’une voix lugubre et démoniaque avant de lui sauter à la gorge qu’il fut définitivement traumatisé. Il parvint à repousser le lapin et à l’assommer à l’aide de son luth qu’il garde toujours non loin de lui, même lorsqu’il dort. Le lendemain, il décida sans plus attendre de se rendre dans la forêt afin de trouver la source de ces diableries. Il découvrit alors la cabane où vivait la sorcière. Ce fut finalement bien plus simple qu’il ne l’eût cru de s’en débarrasser car celle-ci avait visiblement une faible résistance aux charmes. Il n’eut qu’à s’adresser à elle de manière courtoise et galante pour la convaincre de cesser d’ensorceler le village et de rendre les enfants qu’elle avait kidnappé aux paysans. Vanyar fut acclamé par les villageois à son retour et il repartit alors avec un fort sentiment d’accomplissement, mais également une indéfectible phobie des lapins.

Vanyar

Canons Et Dagon Rushi